Il existe une multitude Laguiole... Alors comment on s'y retrouve dans tout ça ? Après, le goût c'est le goût ! On aime ou on n'aime pas certaines choses : un onglet trop grand, trop bas ; une cambrure pas assez prononcée ; une lame trop large...

Voici quelques photos qui vous montrent des Laguioles de forme classique mais différents dans certains détails..

 

A première vue, ils se ressemblent assez.

compare laguiole (5)

Puis on s'approche un peu et on voit apparaître des différences...

compare laguiole (3)

Le dos de la lame : tous n'ont pas la même configuration. Regardez bien, celle du Arto ou du Plein Ciel sont plus arrondie en descendant. Cette du benoît l'Artisan ou encore du Sabot plus droite. Ensuite, le dos droit entre la mouche et l'angle est plus plus moins long. Celle du Sabot est sans doute la plus grande. Celle du Arto la plus faible au profit d'un contre-tranchant plus long. Un vrai toboggan ! Et une réelle finesse...

L'estampille. Plus ou moins importante. Celle du Plein Ciel est un peu trop importante à mon goût.

compare laguiole (4)

compare laguiole (6)

compare laguiole (7)

Autre élément : l'onglet ou coup d'ongle. Celui du Sabot est fin et l'espace entre le dos et l'onglet est plus important que sur le Arto  par exemple. Celui du couteau de Laguiole tout en bas ci dessous est large et profond :

compare laguiole (9)

Admirez ici le chanfrein. Tous n'en ont pas. Ici : le Arto.

compare laguiole (8)

Dernier élément -mais il y en d'autres- l'abeille. Soudée ou forgée. Plus ou moins sculptée. Et le ressort guilloché et le dos de la lame. De gauche à droite : Le Couteau de Laguiole (années 80) ; le Arto ; le Benoît L'artisan ; le Sabot ; le Plein Ciel à Cordes ; le G.D.

compare laguiole (10)

Abeilles vues de près :  à gauche Arto ; au milieu Benoît l'Artisan ; à droite Au Sabot.

compare laguiole (1)

Retour à l'accueil