Petit point sur les bois de cervidés. Il s'agit sans doute là d'un des tout premiers matériaux utilisés par l'Homme pour fabriquer des manches de couteaux. Si anciens, si connus et pourtant encore aujourd'hui, si prisés ! Non, ce matériau n'a pas perdu de sa noblesse et il habille toujours aussi bien nos plus belles lames, surtout lorsqu'elles sont destinées à la chasse, à la découpe et au service de belles pièces de gibier. Assez difficile à travailler, le bois de cerf reste incomparable. Jamais pareil à un autre, il  confère au couteau un caractère unique. Les bois de cerfs d'Europe sont plus poreux que ceux d'Asie et il est facile d'en distinguer la différence en regardant le coeur, piqué de petits points noirs qu'un bois de cerf d'Asie n'a pas. Cela tient au fait que ce dernier garde sur son crâne ses bois, tandis que l'européen en refait d'autres chaque année, moins denses... Les stocks disponibles ne sont d'ailleurs pas les mêmes... Grand avantage de ce matériau : il est quasiment inusable. Vous aurez donc sans doute à faire changer la lame de votre précieux couteau avant que le manche n'en soit usé. J'apprécie particulièrement les nuances qu'il offre à un couteau, ses reliefs qui nous confèrent une prise en main incomparable, sa rugosité qui vous rappelle sa présence au creux de votre main, l'appel de la nature qu'il vous lance du fond de votre poche...

bois de cerf1

Bois de cerf2

Retour à l'accueil